L’Agora reçoit Pierre-Jean Luizard

« Le piège Daech » : la fulgurante ascension de l’Etat Islamique expliquée par Pierre-Jean Luizard

Le 30 janvier dernier, l’Agora recevait à sa tribune Pierre-Jean Luizard pour une conférence sur le thème « Daech : l’échec des Etats ». Depuis l’intervention américaine sur le territoire irakien en 2003 et plus encore depuis l’arrivée du nouvel acteur que représente l’Etat Islamique dans la région, le Moyen-Orient se retrouve une nouvelle fois sur le devant de la scène internationale et au cœur des préoccupations mondiales.

L’Etat Islamique, plus communément appelé Daech, demeure aujourd’hui aux yeux d’une majorité de personnes une entité difficilement identifiable, un « OPNI » – Objet Politique Non Identifié – selon les propres dires de Pierre-Jean Luizard. Issu d’un courant salafiste de l’Islam, Daech débute son ascension dès 2006 en Irak. Tout du long des années qui ont suivi, le groupe a peu à peu affirmé sa volonté de territorialisation, allant jusqu’à se revendiquer comme un Etat, l’Etat Islamique, une fois la main mise sur une partie des territoires syrien et irakien.

Mais l’Etat Islamique ou la diversité confessionnelle qui caractérise la région ne sont pas les raisons principales du chaos qui règne actuellement au Moyen-Orient. En effet, ils n’ont été qu’un symptôme d’un mal plus profond qui, depuis le début du 20ème siècle, gangrène la région : des Etats en faillite. Les revendications communautaristes et la diversité du tissu confessionnel régional n’ont en réalité été mises à la lumière du jour qu’à travers un redécoupage approximatif et sans grande cohérence de la région par les puissances occidentales au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le peu de légitimité accordée aux Etats en place n’a pu que servir les intérêts de Daech.

Usant et abusant d’une politique du pire, l’Etat Islamique est bien déterminé à se maintenir en place et à exporter son projet aux facettes « messianique et millénariste » à l’international. La seule façon de couper l’herbe sous le pied du groupe terroriste serait de consulter l’ensemble des populations en place, y compris les groupes d’opposition. Les Etats occidentaux ne peuvent plus se permettre de reproduire les erreurs du passé et s’acharner à ressusciter des institutions moribondes depuis bien longtemps.

L’Agora reçoit Pierre-Jean Luizard ! from L’Agora on Vimeo.